Archives de Tag: Alan Sillitoe

Fuir la flamme olympique…

Une citation d’Alan Sillitoe que j’avais lue dans la préface de The Loneliness of the Long Distance Runner, qui m’avait marqué suffisamment pour m’imprégner mais pas assez pour s’imprimer dans ma mémoire. Après un an et demi de recherches pas du tout assidues je l’ai enfin retrouvée…

I have never practised any kind of sport. It has always seemed to me that sport only serves to enslave the mind and to enslave the body. It is the main “civilising” weapon of the western world ethos, a way of enforcing collective discipline, which no self respecting savage like myself could ever take to. Society was built on “competition,” and “sport” is a preliminary to this society and an accompaniment to it. It is a sort of training ground for entering into the war of life. The Olympic torch is a flame of enslavement—run from it as fast as you can, and that in itself will give you plenty of exercise.

Je n’ai jamais pratiqué aucun sport d’aucune sorte. Il m’a toujours semblé que le sport ne sert qu’à abrutir l’esprit et à asservir le corps. C’est la principale et géniale arme de « civilisation » du monde occidental, un moyen d’imposer une discipline collective que ni moi, ni aucun sauvage qui se respecte ne pourrait accepter. La société est construite sur la « compétition » et le « sport » est un préliminaire et un compagnon de cette société. C’est une sorte de camp d’entrainement à la guerre de la vie. La flamme Olympique est une flamme d’endoctrinement. Fuyez la ausi vite que vous le pouvez, et cette fuite en elle même sera un exercice physique largement satisfaisant.

Alan Sillitoe, in Sport and Nationalism

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :