Sans-Titre

Une histoire érotique illustrée, alors le bla blah d’usage, on ne clique pas si on est mineur ou si on est offensé par les description crue et toussa toussa…

Alors qu’elle marchait sous le soleil de la rue principale, elle sentit une main agripper sa taille et une voix murmurer à son oreille: «Je te veux. Maintenant». Elle ne se retourna pas vers l’étranger mais son odeur, sa poigne et le ton de sa voix la remuèrent et l’excitèrent instantanément.

Elle se laissa guider dans une ruelle avant de se retourner pour vérifier qu’ils étaient seuls et que personne ne regardait. Il tournait autour d’elle afin de rester en dehors de son champ de vision tout en relevant sa jupe avant de s’agenouiller derrière elle, tirant la culotte de coton vers le bas.

Il commença à l’embrasser sur les fesses, presque en la mordant, pendant que sa main pénétrait doucement dans leur sillon, s’approchant des sources du plaisir. Les doigts effleuraient les lèvres les caressant, les écartant lentement mais sûrement, s’enfonçant en elle avec une indolence délicieusement insupportable, la pointe seule au début, puis jusqu’à la naissance de l’ongle, la première phalange avant les autres, jusqu’à ce qu’elle sente trois doigts la fouiller brutalement pendant que le pouce caressait sans ménagement son clitoris en cercles irréguliers.

Elle se mordait la paume de la main pour faire taire ses gémissements alors qu’elle jouissait une première fois et dut finalement se retenir à la gouttière rouillée quand elle sentit que ses jambes ne pourraient pas soutenir le poids de son orgasme. Alors qu’elle se remettait doucement, il retira la main de son ventre et se releva. Elle tourna la tête alors qu’il la présentait à sa joue et elle lécha sur ses doigts le goût de son plaisir entremêlé de leur sueur.

De son autre main, il défit sa ceinture et ouvrit les boutons de son jeans pour en sortir sa queue. Elle la sentait contre son cul, à demi enfoncée dans le sillon de ses fesses et elle se retourna contre le mur, y appuyant ses deux mains à plat, écartant et tendant ses jambes, cambrant profondément ses reins alors qu’il la prenait lentement, s’accrochant à ses hanches, la sentant enserrer sa bite sur toute sa longueur avant de commencer un va et vient lent au début puis de plus en plus rapide, transformant un geste tendre en une succession de coups de boutoir brutaux, presque violents. Elle ne réussit pas à contenir ses gémissements de plaisirs qui se transformèrent en un cri alors qu’elle sentait le délice d’un deuxième orgasme l’envahir. Elle tendait ses jambes aussi fort qu’elle le pouvait pour se retenir de tomber et elle l’entendit finalement grogner alors qu’elle sentait sa chatte se remplir d’une substance chaude et épaisse.

Il se retira finalement et elle entendit le cliquetis de la boucle de ceinture qu’on refermait. Elle ne bougea pas, restant dans sa position offerte et soumise, la culotte toujours accrochée à une cheville et la jupe sur sa cambrure. Alors qu’il partait elle se pencha par dessus le coin de la ruelle pour le voir pour la première fois, s’en allant vers la rue principale.

Texte: CC-by-nc-nd Tonio…ReinesHerz
Photo 1: trouvée ici, non-créditée, Fair-Use
Photo 2: trouvée là, non-créditée, Fair-Use


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :